On a testé : prototyper un livre blanc sur les LivingLabs

25 septembre, 2014 septembre 25, 2014

Depuis trois ans, les centres Inmédiats enrichissent, rénovent ou affirment certaines de leurs activités par une approche « LivingLab ». Trois ans qu’ils expérimentent les ateliers de créativité et les tests d’usage en impliquant d’une autre façon leurs publics. Trois ans que chacun capitalise et partage son expérience propre et, parfois, spécifique.

On a testé : prototyper un livre blanc sur les LivingLabs

Mais ces expérimentations constituent-elles un tout cohérent ou bien une somme de démarches hétéroclites ? Comment compiler dès à présent l’évaluation de nos pratiques pour faire oeuvre d’intelligence collective ? Comment formaliser une expertise sur la spécificité des centres Inmédiats en tant laboratoires vivants d’usages portés par les publics ?

C’est la mission que se sont donnés les membres du groupe « LivingLab » réunis à Science Animation en cette rentrée 2014. Regroupés pendant 2 jours avec la « dream(creative)team » toulousaine, les représentants des 6 centres ont imaginé un programme permettant de poser les bases d’un livre blanc. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas Toulouse, il faudra repasser : aucun temps n’a été laissé à la découverte de la ville !

Jour 1

Passé l’accueil officiel et la découverte des locaux (on comprend mieux la convivialité de l’équipe de Science Animation lorsque l’on découvre l’Observatoire de Jolimont et son parc), l’équipe entame ses travaux. On ne se refait pas, les ateliers de créativité passent en premier.

Au programme :

  • Une application de carte mentale (Mindomo) pour réaliser un atelier pour imaginer les robots du futur grâce à une analyse morphologique.
  • Piscine de visuels, pecha kucha et totem de magazines pour faciliter l’expression sur la réalisation d’un livre blanc.
  • Canevas, empathie map et des outils empruntés à l’exposition « Innovez ! » pour imaginer un espace LivingLab.
  • Makey makey et mix en salade piémontaise, lunette immersive en carton et stylo 3D chantilly pour expérimenter un pique-nique geek.

Au terme de ces ateliers, plusieurs questions sont soulevées concernant leur adaptation en fonction des publics et des sujets, leur capacité à permettre la convergence d’idées, leur rapidité de mise en oeuvre ou leur de facilité de prise en main par des groupes hétérogènes. Derrière ses interrogations se dessinent déjà des problématiques communes soulevées lors de nos activités de terrain.

C’est pourquoi, avec leur capacité à suivre un planning établi, les membres du groupe n’ont pas résisté à l’envie de modifier le déroulement de la journée. Il faut rentrer dans le vif du sujet, confronter les représentations, les pratiques et les visions entre elles. C’est ainsi qu’au terme des 10h d’immersion de cette première journée se précisent quelques grandes questions.

Quelles spécificités pour un LivingLab porté par des centres culturels ? Comment s’assurer que les projets LivingLab soient gratifiants pour les participant(e)s ? Quelles sont les valeurs produites par des démarches LivingLab ? Quelles plateformes d’échange utilisées pour mutualiser les pratiques de médiation ?

Il existe énormément de méthodes de créativité, certaines disponibles en ligne. Chaque membre du groupe les expérimente et crée, petit à petit, un répertoire de pratiques dans lequel ils piochent en fonction des publics, des situations, des sujets. Comment capitaliser et partager (en interne et en externe) cette expérience ? Comment donner à voir et partager les résultats de démarches LivingLab ? Comment évaluer la pertinence de médiation culturelle de démarches LivingLab ?

La question de visiteur(euse)s en autonomie est également abordée dans le livre blanc en tant que spécificité des LivingLabs Inmédiats. Même si une partie importante de la démarche LivingLab se doit d’être accompagnée et encadrée par un médiateur ou une médiatrice, il reste des espaces – notamment les expositions – où les visiteurs sont en autonomie. Comment faire entrer des « actions » de créativité ou de retour-utilisateur dans ce contexte d’autonomie ? Des application dédiées (carte mentale collaborative, associations d’images, questionnaires simplifiés, …) pourraient être travaillées collectivement.

Quelles relations et partenariats prolonger avec d’autres LivingLabs ? A qui appartiennent les idées produites par les démarches LivingLab ? L’idée de se doter d’outils juridiques communs permettant d’encadrer la démarche (cet aspect sera abordé dans le livre blanc, mais son importance nous semble mériter un travail complémentaire spécifique). Comment partager les expérimentations (ce qui fonctionne, pour qui, dans quel contexte, et ce qui ne fonctionne pas) ? Les membres du groupe proposent de démarrer une compilation sous forme de Top 5 ou 10, comme par exemple :  les 5 meilleurs ateliers brise-glace pour une classe, les 10 meilleures méthodes pour converger, 10 astuces pour plomber à coup sûr votre dynamique de groupe, …

Jour 2

La journée a débuté par une présentation de Pierre Vincenti, en mission LivingLab chez Science Animation, qui avaient réalisé des entretiens avec chaque membre du groupe pour collecter nos visions du LivingLab. Cela a permis de dégager des éléments communs ou divergents et ainsi d’en discuter.

Ensuite, passé le rappel des projets en cours (il n’y a pas que le livre blanc dans la vie) nous travaillons à faire converger toutes les pistes et éléments que nous souhaitons partager avec le public tout en nous appuyant sur l’existant, de nos propres expériences en passant par les documents de références internationaux.

Au final, les fondements du livre blanc sont posés :

  1. Notre histoire et notre ambition : « Les objectifs, qui sont ceux de nos centres : mettre des savoirs, connaissances, innovations, techniques en discussion. Donner aux participant·e·s la possibilité de faire connaitre leur point de vue et leurs idées sur les sciences, techniques et innovations développées aujourd’hui dans les laboratoires et les entreprises. » (Malvina Artheau, Science Animation)
  2. Notre rapport aux publics : « Les LivingLabs Inmédiats sont portés par les centres de culture scientifique, technique et industrielle, aussi transforment-ils cette « démarche d’innovation » en véritable événement culturel, engageant et gratifiant pour les publics. En particulier, ils mettent un fort accent sur la portée sociale – ils permettent aux usagers de dialoguer et d’influencer l’innovation actuelle – et sur la production de connaissances partagées entre laboratoires, entreprises et utilisateurs. » (Didier Laval, Cap sciences)
  3. Notre référentiel de valeur : « Je pense que la spécificité de nos Livings Labs est qu’ils sont portés par des structures éducatives qui participent à l’émancipation des personnes par elles-mêmes. Nos structures mobilisent de nombreux jeunes, venir dans nos Livings Labs, c’est travailler avec la jeunesse et leur faire confiance. » (Laurence Battais, Carrefour numérique – Universcience)
  4. Les infrastructures humaines et technologique disponible au travers de nos 6 centres Inmediats : « Souhaite-t-on faire du LivingLab dans nos centres ou faire de nos centres des LivingLabs ? » (François Millet, Relais d’sciences)
  5. Nos activités dédiées et associées : « La question juridique, même si ce n’est pas très « funky » dit comme ça. Mais il me semble primordial de bien réfléchir et formaliser tout ce qui relève de la propriété intellectuelle dans une telle démarche. C’est essentiel si l’on veut construire une relation de confiance avec les participant(e)s. » (Malvina Artheau, Science Animation)
  6. Les pistes de modèles économiques : « J’aimerais creuser la question de la gouvernance dans la démarche LivingLab. Comment parvenir à ce que la participation des citoyen·enne·s ne se réduise pas à une coopération symbolique mais qu’un véritable rôle soit accordé dans la prise de décision. » (Laurence Battais, Carrefour numérique – Universcience)

Le contenu sera soumis aux publics et aux équipes des centres Inmédiats lors des Ateliers #3 au Carrefour Numérique.

Retrouver tous les retours des participants sur le blog de Science Animation.

A propos des Living Lab

Expérimenter les technologies

Les living lab sont des espaces fixes ou itinérants offrant de nouveaux services pour imaginer de nouveaux dialogues entre les sciences, la médiation et les publics. Conçus par des ingénieurs, des chercheurs, artistes ou designers, ces technologies émergentes « grandeur nature » sont expérimentées et évaluées par les utilisateurs finaux pour en interroger leur portée sociale, culturelle ou environnementale. Cette démarche vise à impliquer le public dès le début de la conception de produits ou de méthodes et à le rendre acteur dans l’amélioration et le développement de ces services.

Les Living Lab inmédiats

loading map - please wait...

La Casemate: 45.197734, 5.732279
Science Animation: 43.611039, 1.462879
Cap Sciences: 44.857536, -0.560130
Relais d\'sciences: 49.190116, -0.303403
Universcience: 48.895985, 2.387059