Termitia, un serious game en innovation ouverte

25 février, 2014 février 25, 2014

En juin 2013, Science Animation Midi-Pyrénées (SAMP) s’est lancé dans une belle aventure : réaliser un serious game de type jeu d’action à partir de travaux de recherche sur les insectes sociaux. Ce projet nommé Termitia est porté par une équipe soudée formée de professionnels aux profils variés : les médiateurs de SAMP, les chercheurs du Centre de Recherches sur la Cognition Animale (CRCA), et les développeurs de la PME toulousaine iTolosa. Au centre de cette synergie : une construction qui s’appuie entièrement sur la démarche Living Lab d’Inmédiats. Les publics cibles ont aussi été impliqués dès les premiers mois de conception. Ce projet a permis de tester l’approche Living Lab et dégager une méthodologie pour les tests publics.

Un projet entièrement co-construit

Les chercheurs du CRCA Toulouse travaillent depuis longtemps sur l’analyse du comportement des insectes sociaux. En 2010, l’équipe a entièrement modélisé une termitière réelle en 3D. Lors d’une présentation réalisée lors de la Fête de la Science, le succès de cette visualisation 3D auprès du public a amené SAMP à envisager d’utiliser ce modèle pour développer un projet de serious game à destination de jeunes (12 à 18 ans) peu sensibilisés à la culture scientifique.

Afin de garantir une bonne ergonomie, le niveau technique et la qualité visuelle de ce type de réalisation, SAMP et le CRCA ont associé à ce projet iTolosa, entreprise spécialisée dans les images de synthèse et la 3D en temps réel. Le projet a obtenu un financement des bourses attribuées par Universcience dans le cadre du projet Estim Numérique, permettant de lancer la réalisation.

La première partie du projet a consisté à faire se rencontrer ces deux partenaires qui ne se connaissaient pas. Du temps à été consacré à la visite du laboratoire par l’équipe de développement et à la visite des locaux d’iTolosa par les chercheurs. Les deux équipes ont ainsi pu apprendre à se connaitre, à appréhender leurs méthodes de travail respectives et leurs attentes vis-à-vis du projet. SAMP jouait le rôle à la fois de metteur en scène des contenus scientifiques, de porteur du projet et de catalyseur des énergies en présence.

Equipe Termitia

Un projet de thèse sur les serious games porté par le Laboratoire d’Etudes et de Recherches Appliquées en Science Sociales (LERASS) de l’Université Toulouse III, Paul Sabatier) et le Laboratoire Education, Formation, Travail, Savoirs (UMR EFTS, Université Toulouse II, Le Mirail) a rapidement rejoint le projet. Peu de temps après, SAMP a intégré un jeune lycéen comme membre à part entière du comité de pilotage du projet.

Ainsi, outre son rôle dans la diffusion de la culture scientifique chez les jeunes et la valorisation de travaux de recherche, l’ensemble de ce projet contribue à fédérer des acteurs de mondes à priori éloignés pour créer des synergies et dynamiser l’économie créative locale.

La version alpha confrontée aux publics

En accord avec l’ensemble des partenaires, il a été décidé de confronter la version alpha du jeu à différents publics. Ces tests, qui se sont déroulés d’une part lors de la Novela, le festival toulousain des savoirs, et d’autre part lors du festival du jeu de la ville de Colomiers, ont permis de tester le jeu auprès des publics dans des contextes sensiblement différents, de tester la compréhension de la démarche Living Lab dans ces contextes et de formaliser les questionnaires nécessaires au travail de recherche entamé. Ces premières séances ont permis d’évaluer l’attractivité du jeu en cohérence avec la cible, l’ergonomie, les difficultés vécues (orientation, lumière, survie…), et le rôle du jeu comme facteur déclencheur d’un intérêt pour le sujet.

A l’occasion du festival La Novela, une tente avec un petit coin salon et un grand écran avaient été installés durant deux jours. Des doctorants du CRCA ainsi que les équipes de SAMP et d’Itolosa étaient au rendez-vous pour répondre aux questions du public et raconter leurs travaux.  La doctorante du LERASS était également présente pour évaluer les comportements des joueurs. Outre les informations recueillies sur la pertinence du développement, cet évènement a permis de dégager les spécificités d’une médiation dans le cadre d’une démarche living lab en évènementiel grand public : limiter l’accès à l’espace de test en faisant obligatoirement passer les visiteurs par une première étape d’explications de la démarche ; ou encore mettre en place une signalétique et des supports de communication clairs. Le public était en effet surpris de découvrir un prototype de jeu vidéo au sein d’un festival et certains le prenaient pour une version aboutie.

Ce malentendu a été moins observé au festival du jeu de Colomiers, les visiteurs étant habitués à tester des prototypes de jeux de société. Durant cette seconde séance de test, le stand dédié avait été construit pour obliger les utilisateurs à passer par une étape d’explications. L’écran y était plus petit, limitant les regards indiscrets. Des affiches explicatives étaient également visibles.

Test Termitia Colomiers
La version alpha a été récemment présentée à la bibliothèque de science de l’Université Paul Sabatier. Pour l’occasion, des affiches « FAQ » ont été créées afin de répondre aux questions déjà recensées des visiteurs qui n’osent pas forcément les poser.

Affiches Living lab Termitia

La version alpha a par ailleurs été soumise à la critique du groupe Serious Game d’Inmédiats et d’un professionnel des serious games lors d’une séance « Tir au pigeons ». Cette séance a permis de recueillir des premières impressions et recommandations pour la suite du projet.

Une démarche Living Lab qui a du sens

La démarche Living Lab s’avère donc extrêmement pertinente pour garder en permanence à l’esprit le difficile équilibre entre jouabilité et contenus scientifiques. Chaque nouveau test ré-interroge les choix effectués et oblige à clarifier au maximum les objectifs initiaux. De plus, l’implication des futurs publics très en amont du projet permet de développer un premier cercle de prescripteurs et d’initier une véritable communauté autour du projet. Pour cela, la disponibilité des membres de l’équipe projet prêts à partager leurs savoirs et savoir-faire est un précieux atout.

Test Termitia

Cependant, présenter les différentes étapes d’un projet non finalisé à un public (même avertit) comporte des risques. En effet, selon le contexte et le niveau de médiation apporté, de nombreux malentendus peuvent émerger : la version présentée pouvant rapidement être comprise comme une version finale.  Une extrême vigilance doit être apportée à l’explication du process, à son accompagnement, ainsi qu’aux lieux où il se déploie.

La version bêta du jeu sera bientôt disponible. Elle permettra ainsi de tester l’intelligence artificielle des termites et les contenus textuels. En attendant, il est possible de s’inscrire sur le site Termitia, qui permettra très prochainement de suivre les aventures et questionnements de l’équipe, et d’être tenu au courant des phases de test. A suivre…

A propos des Living Lab

Expérimenter les technologies

Les living lab sont des espaces fixes ou itinérants offrant de nouveaux services pour imaginer de nouveaux dialogues entre les sciences, la médiation et les publics. Conçus par des ingénieurs, des chercheurs, artistes ou designers, ces technologies émergentes « grandeur nature » sont expérimentées et évaluées par les utilisateurs finaux pour en interroger leur portée sociale, culturelle ou environnementale. Cette démarche vise à impliquer le public dès le début de la conception de produits ou de méthodes et à le rendre acteur dans l’amélioration et le développement de ces services.

Les Living Lab inmédiats

loading map - please wait...

La Casemate: 45.197734, 5.732279
Science Animation: 43.611039, 1.462879
Cap Sciences: 44.857536, -0.560130
Relais d\'sciences: 49.190116, -0.303403
Universcience: 48.895985, 2.387059